RDC – MILES FROM KINSHASA, LE RETOUR

RDC – MILES FROM KINSHASA, LE RETOUR

Miles from Kinshasa a su trouver son groove, en donnant naissance à un son sensuel qu’il appelle rumba-pop. Il est le genre d’artistes qui alimentent nos vies modernes, urbaines et internationales – il créait des pistes pour souligner des vies menées dans un appartement imaginaire à Londres, Brooklyn, Berlin, Séoul, Los Angeles, Paris, Lagos, Melbourne, São Paulo. Synth-pop suintante des années 80, rythmes de rumba et sonorités complètes, offrent des accents électroniques allégés infléchis par le temps passé par Miles en RDC et l’underground soul, reggae, jazz scènes de Londres et de Paris. Sa voix douce flotte jusqu’à nous avec son style de confrontation caractéristique : une approche directe et intime d’un partenaire, se tordant et tournant dans la navigation du pouvoir dans une relation. Ce sont des pistes pleines de sexe et de sueur et le dernier fondu de longs couchers de soleil dans des nuits plus longues.

Ces exemples imaginés sont plus que de simples œufs de Pâques pour les fans ; ils sont également emblématiques de la relation synergique entre les différents styles, que Miles embrasse tout au long de If not now, then when. La frontière peut être mince : leurs tempos et thèmes lyriques similaires se prêtent à l’interchangeabilité. Il n’est pas surprenant que de nombreux chanteurs aient essayé l’exercice. Dans le monde de Miles, l’amour est une expérience sainte souillée par l’imperfection humaine. Aussi souvent qu’il se prélasse dans la beauté de la romance, il se repent sur l’autel d’un cœur brisé, jouant avec une sincérité sans éclat plus conforme aux offrandes spirituelles qu’au mélodrame R&B.

L’album s’ouvre avec son single Glitchin, un jam sucré en phase de lune de miel. La chaleur de cette chanson soutenue par des organes célestes, rappelle l’un des intermèdes de Frank Ocean. De même, la balade Paranoia trouve Miles essayant de réparer ses lacunes «Got me doing-things that i shouldn’t/ I don’t wanna end up in ruins». Sa voix cotonneuse, complétée par des fioritures de fausset, ajoute une profondeur émotionnelle à ses paroles. Sur les projets passés, Miles a généralement travaillé seul, mais avec Don’t Be An Opp, un certain nombre de collaborateurs clés aident à mettre l’album au point. Les caractéristiques sont un who’s who d’artistes refaisant la musique à leur image : le groove rétro de Sam Wise, le futurisme froid de Knucks, le traditionalisme mis à jour de Kadiata. Fournissant un équilibre au récit de Miles, ils servent de sujets à ses flatteries et d’amants insaisissables à qui il expie.

This Side et On Display, sont les feuilles mélodiques qui font fonctionner les échantillons. Ensemble, la diffusion généreuse des voix donne à l’album l’impression d’être une conversation continue à travers les saisons d’une relation plutôt qu’une rêverie unilatérale. L’équilibre de Miles entre les éléments sacrés et le sentiment profane est ce qui le distingue. Il y a quelque chose de viscéral dans le son d’un orgue ou d’un chœur polyphonique, ou dans le fait d’admettre à un amant qu’il a “sauvé [votre] âme comme Jésus”. Mettez ces choses à côté de guitares bluesy, le saxophone et d’expressions de désir charnel, et le résultat semble aussi contradictoire que l’amour lui-même – divin et discordant à la fois. C’est là que If not now, then When atterrit.

Ce faisant, Miles s’écarte considérablement du R&B atmosphérique qui fait la réputation de la nouvelle scène londonienne, sans parler du style «trap&B» très populaire. Les synthés et les 808 sont remplacés par des pianos, des guitares et des arrangements choraux ; une certaine vulgarité demeure, mais il ne cède jamais à une simplicité superficielle. Il y a beaucoup de choses ici qui se fondent bien dans cette ère obsédée par les années 1980, mais le passé Rumba de Miles est son arme pas si secrète. Il n’hésite pas à apporter toute la gamme de ses influences à sa musique. La volonté de Miles d’utiliser tous les outils à sa disposition – pour explorer sa propre identité et son surmoi aux côtés du paradis et de l’enfer de l’amour – élève son art.

Auteur / autrice

SHARE
About Author

Philippe Afane

Music Lover . Rap Junkiez . Cinema & TV Shows Enthusiast. BasketBall Fan

Leave a Reply

Aller au contenu principal